septembre 28, 2022

Les aides financières pour rénover son installation électrique

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles une installation électrique peut nécessiter une remise à neuf. Si vous achetez une maison ancienne, si vous avez besoin de plus d’électricité, ou si vous avez de nouveaux besoins en termes d’équipement (ajout de prises, d’interrupteurs, ou encore installation d’un système domotique), vous devrez généralement passer par un professionnel. Sachez qu’il existe de nombreuses aides financières pour la rénovation d’une maison disponibles pour atténuer les coûts.

Installation électrique

Les besoins d’une rénovation électrique

Si vous achetez un bâtiment très ancien, une remise à neuf complète de l’installation électrique peut être nécessaire pour répondre aux normes et assurer un certain niveau de sécurité. Je me souviens, par exemple, mon père avait acheté une vieille maison et les fils étaient encore enveloppés dans du tissu et les fusibles étaient en porcelaine… L’idée d’envelopper du cuivre dans du tissu était intéressante, mais à un moment, avant le plastique, ça allait évidemment être du chemin à parcourir.

Vous devez savoir que les contrôles ou les normes d’installation électrique ne sont pas obligatoires pour les maisons construites avant 1974. Cela a évolué entre 1974 et 1991, mais ce n’est qu’en 1991 que les disjoncteurs différentiels 30mA sont devenus obligatoires. Ainsi, les logements construits avant 1991 sont classés comme présentant un risque élevé d’incendie en raison de leur installation électrique.

Chaque année, 200 000 incendies domestiques se produisent en France, dont 50 000 d’origine électrique :

  • Parmi ceux-ci, 61 % étaient liés aux équipements électriques de la maison (électroménagers, luminaires, etc.).
  • 36 % pour les installations électriques fixes (panneaux électriques, câbles, prises, interrupteurs, etc.) ou les installations mobiles (ex : rallonges, multiprises).
  • 3% pour les installations électriques ou la distribution d’énergie dans les parties communes de l’immeuble (compteurs, appareillage, etc.)

Par conséquent, pour plus de sécurité, il est important d’envisager la remise en état de telles habitations, de préférence par un professionnel agréé pouvant respecter strictement la norme NFC 15-100. La norme réglemente l’installation électrique de la maison et précise les mesures et équipements tels que l’installation de GTL (Technical Housing Jacket), la protection des circuits ou encore l’équipement minimum obligatoire que chaque pièce de la maison doit avoir. Notez que si vous effectuez une rénovation majeure d’une maison ancienne, vous devrez de toute façon mettre l’installation aux normes électriques.

Les aides financières pour une rénovation électrique

Le coût d’une telle remise à neuf dépend de nombreux facteurs : par exemple, qu’il s’agisse d’une remise à neuf complète, du simple remplacement des tableaux électriques, ou de la modification de l’architecture pour accueillir le système domotique (notamment dans le cas d’un bus passant par KNX). Cela dépend du nombre d’appareils et du type d’installation : encastré, semi-encastré ou apparent, ce type d’installation peut aller du simple au double. Seul un laissez-passer professionnel peut établir une offre sous une forme correcte et appropriée en fonction de vos besoins et de la réglementation.

Sachez toutefois qu’il existe de nombreuses aides pour alléger la facture :

  • ANAH : L’Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat peut distribuer une aide financière aux logements de plus de 15 ans qui n’ont pas bénéficié d’un prêt à taux zéro au cours des 5 dernières années. Bien sûr, respectez la limite de revenu. Cette aide varie de 1 600 à 15 000 euros.
  • Chèque Energie : Fourni au foyer le plus courant pour régler ses factures d’énergie, ce chèque peut également être utilisé pour des travaux de rénovation énergétique. Ce chèque varie de 48 € à 277 € (chiffres 2020) selon le foyer et ses revenus.
  • Éco-prêt à taux zéro : Ce prêt à taux zéro est remboursable sur 15 ans et est émis sur au moins deux projets distincts visant à économiser l’énergie. Le montant peut alors être porté à 20 000 € pour deux œuvres, ou 30 000 € pour trois œuvres,
  • Prime énergétique : Il s’agit d’un dividende qui peut être payé par le fournisseur d’énergie. Il est donc nécessaire de contacter ce dernier avant tout travail d’ouverture de dossier.
  • Prêt d’accès social (PAS) : Ce prêt, d’un montant minimum de 4 000 euros, peut être utilisé pour l’achat d’une résidence principale ou sa construction, ainsi que pour des travaux d’amélioration de l’habitat, y compris la rénovation énergétique.
  • Prêt rénovation : Cette aide financière de la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) permet de financer des travaux d’amélioration, d’assainissement, d’isolation et de réparation. Le prêt peut aller jusqu’à 80% du montant des travaux, dans la limite de 1067 euros.
  • Taux réduit de TVA à 5,5% : Le logement doit être construit depuis plus de deux ans pour bénéficier du taux réduit de TVA

À quelques exceptions près, la plupart de ces aides peuvent être utilisées en combinaison. Attention cependant, pour bénéficier de la plupart des aides financières, les travaux doivent être réalisés par un artisan titulaire d’un Garant Environnement Reconnu (RGE), et donc intéressé à passer par un professionnel reconnu.

Poursuivez votre lecture :